Jean Foucault

Charlotte, Mona Lisa et les autres

Auteur : Jean Foucault
Photographies : Jean Louis Gonterre

Extrait de la préface de Claude Vercey

Dans le dernier livre que j’ai lu de Jean Foucault, on le surprenait « Nez en l’air », à contempler le ciel, à nous concocter une « petite poétique de la nuagerie ». A-t-il à la suite entendu la voix rauque et charmante de la petite bien-aimée chère à Baudelaire lui intimer de « manger sa soupe, s… b… marchand de nuages ? »1. Le fait est qu’il a depuis lors baissé le nez pour considérer des nourritures plus terrestres, accrocher du regard une (appelons-la Charlotte, – Agatha si vous préférez) modeste et immense pomme de terre.

Chaque jour la pomme de terre me parle Je suis à ma recherche, je crois m’y retourner puis je nie et je dénie.

1 – Baudelaire – « La soupe et les nuages » – in Le Sleep de Paris.

Extrait p.22

Un beau visage de personnage de tombeau égyptien. Le visage est bien sûr de profil et porte un regard en mouvement avant-arrière et qui me voit. La chevelure occupe la moitié de l’image, gigantesque chevelure sans rapport avec les dimensions du reste du visage. Un visage-corps, un beau visage animal. C’est la nature monsieur !