Jean-Louis Rambour, Pierre Tréfois

La Vie crue

Auteurs : Jean-Louis Rambour & Pierre Tréfois

Extrait de la lettre-préface d’Ivar Ch’Vavar

Jean-Louis, je reviens difficilement de cette lecture. Chaque page est un gouffre aussi profond et charbonneux que la planche à laquelle il fait face, ou plutôt : à laquelle il fait front.
Voilà : tu fais front. Les éclipses se multiplient et les ailes des ptérodactyles en rajoutent. Il pleut de la suie depuis des lustres et les cyclones font des pointes sur la ligne de l’horizon… Tu es là comme l’Ezra Pound du Santerre, au bord de la catastrophe, et t’en requinquant. J’espère qu’on ne te mettra pas en cage.
Ta Vie crue est un poème puissant, une sorte de crawl monstrueusement calme au milieu des tentatives et des jets d’encre moult céphalopodes hargneux. – Oui, on en revient par là aux Travailleurs de la mer. Tu es le Gilliatt du Santerre, où on n’est pas sur les eaux, mais au moins sur les os.

Extrait

P.32

« Les eaux coulent lourd. Parfois même sont-elles d’un noir laqué, d’un noir de piano. Ou d’un noir de boîte japonaise, de celle par exemple dont un prince faisait son écritoire pour correspondre en amour. Des eaux en bouquets de fleurs mauves dans un bassin de laque, des eaux peuplées de rouges-queues noirs agités parmi des rameaux de pins et de pruniers, des eaux pour ondine du Danemark ou de Tchéquie, eaux pour dire l’impossible changement de nature, l’impossible fusion, l’impossible désir s’il n’est pas en paroles ; un noir de navigance entre deux mondes, entre la Mer du Nord et les bords de la Vlata, noir de ciel de mois d’août, d’encadrement de toile de cinéma. »

  • « La Vie crue »
  • Collection « Liberté sur parole » (Volume 33)
  • Textes : jean-louis rambour, pierre tréfois,
  • Illustrations : Pierre Tréfois
  • Préface : Ivar Ch’Vavar
  • 50 pages - format 19 cm x15 cm
  • Prix public : 11 €
  • ISBN : 2-35281-055-8