Jean-Louis Rambour

Le seizième arcane

Auteur : Jean-Louis Rambour

Photos : Jean Foucault
Collection Liberté sur parole (volume 20)

 

Le seizième arcane

 

Extrait de la Préface
de Pierre Garnier

Il y a du somptueux dans ce poème de Jean-Louis Rambour.
Cependant, pour ces pages qui disent le manège de la vie et de la mort, je n’ai pas vraiment raison de parler de somptuosité : à cause de la lumière qui court à leur surface et en elles, à cause de la légèreté des personnages, à cause de cet être et ne pas être qu’on y trouve, sans doute devrais-je plutôt voir là une danse macabre élégante. Les danses macabres du quinzième siècle étaient aussi, somme toute, élégantes : la Mort jouait de la flûte, des seigneurs élégants y dansaient et les dames avaient la distinction des biches ou des femmes fabuleuses des villages africains.

« Hier, accompagné de son âme
a débarqué à Roissy-en-France
un grand homme blanc,
de toge, peaux, cheveux, aux lèvres blanches… »

Dès les premiers textes commence à tourner le manège de la Mort, avec la forêt, les rouges-gorges, les coquillages, les élégances de la lune, du sapin, de la pensée, du bouton d’or – et de l’homme dans sa forme de colonne. « Un cadavre élégant », disait Alain Bosquet.

« Etait-il possible alors
à des lèvres quelconques
de respirer l’air,
d’en aller chercher les atomes
et les insectes ? »

Peu à peu, mais aussi soudain, la personne d’un jeune homme apparaît, s’ajoute, s’éclaire, s’illumine, vieillit, se dédouble, disparaît et revient comme le fait au manège le carrosse doré ; ce n’est plus l’homme élégant de Roissy porteur de son âme, mais un enfant, des enfants :

« Vous aviez la beauté des anges,
treize et onze ans
et les feux de la rampe
mettaient en relief vos squelettes
que vous alliez d’un siècle
à l’autre amener. »

Il s’agit donc de la mort et de la vie, des saisons qui tournent. Je vois bien alors celui qui a débarqué à Roissy : il doit à coup sûr être de ce quinzième siècle, à la mode de ce temps, il doit tenir un œillet entre ses doigts.

« Avez-vous entendu le Lied de la neige
qui cingle les visages, et vu
trois soleils dressés
dans un bleu de Delft glacé,
et les vertes couronnes de la mort
et du voyage terrifié ? »

Jean-Louis Rambour

Jean-Louis Rambour a publié près d’une trentaine de titres, dont des romans et des recueils de nouvelles. Scènes de la grande parade (Le Dé bleu), La Nuit revenante, la nuit (éd. Les Vanneaux), L’Hécatombe des ormes (Jacques Brémond) sont parmi les textes poétiques les plus récents. Son poème Théo (Corps Puce) a été lu dans de nombreux lieux (L’Historial de la Grande guerre de Péronne d’abord) et a fait l’objet d’une adaptation théâtrale.

En 1992, les pages de Lapidaire , également édité par Corps Puce, ont été illustrées par des tableaux à l’huile et des dessins d’André Brieudes, reproduits dans l’édition originale. Autres illustrateurs : Colette Deblé, Leonieke Rammelt, Nicole Moutons, Simon Burgar.

Références du recueil

ISBN 2-35281-017-5
EAN 9782352810179
Prix : 10 €
104 pages
format 14,5 x 14,5 cm,
5 photos noir et blanc intérieur, 1 photo couleur en couverture.

Bon de commande

Le seizième arcane

Votre nom :
Votre adresse :

• Désire recevoir………………… exemplaires du recueil Le seizième arcane
au tarif de 11, 80 €, frais de port inclus (port gratuit à partir de 10 exemplaires)

Ci –joint chèque de ………………… €

Fait à ………………………,

le
-
Cette partie de page, accompagnée de son règlement (ou bon de commande pour les collectivités et Administrations) est à adresser à :

éditions Corps Puce
27 rue d’Antibes
80090 Amiens
-